Phil Ivey vs. Le Borgata : le joueur gagne du temps, le casino revient à la charge !

Posté le 29 août par Julien dans Actualité

Phil Ivey, dix fois titré aux World Series of Poker (WSOP) et membre du Hall of Fame, avait perdu dans l’affaire qui l’opposait au casino-resort Borgata d’Atlantic City. Vainqueur de 10 millions de dollars au Punto Banco, le pokériste professionnel s’était servi d’une technique d’edge-sorting, chose que la direction de l’établissement avait contesté. Le juge fédéral avait donc tranché en faveur du casino, contraignant Phil Ivey à rembourser l’intégralité de la somme perçue. Aujourd’hui, le Borgata ne veut pas perdre une seconde de plus et réclame son argent à la star internationale du poker.

Le Borgata veut son argent, et en a assez d’attendre…

Le Borgata réclame à nouveau ses 10 millions de dollars dans l’affaire d’edge-sorting qui avait marqué la scène du poker plus tôt en 2016, laquelle implique la star mondiale Phil Ivey. Rappelons que suite au procès qui s’était tenu il y a deux ans de cela, le juge Noel Hillman avait déclaré que le champion et sa partenaire la joueuse Cheung Yin Sun devaient restituer les 10,1 millions de dollars encaissés au casino d’Atlantic City.

Or, suite aux dernières performances de Phil Ivey aux WSOP (ce dernier a fait quatre fois l’argent avec 139 780 $ de gains), les avocats du Borgata exigent que la procédure de remboursement soit accélérée : « N’oublions pas que Phil Ivey possède les 10 millions de dollars de notre client. De plus, il ne semble pas avoir de mal à trouver de l’argent pour payer les buy-ins des tournois auxquels il participe », ont-il déclaré. Rappelons que Phil Ivey et Cheung Yin Sun avaient perdu les deux procès en appel et avaient demandé une suspension temporaire de l’exécution du jugement afin de pouvoir réunir la dite somme et s’acquitter de leur dette.

Phil Ivey ralentit le processus de remboursement au maximum

Les avocats de Phil Ivey ont tenté de ralentir le processus de remboursement en lançant une procédure en juillet dernier. « L’énormité du montant exigé serait dévastateur » pour leur client, avaient-ils revendiqué. Par ailleurs, les hommes de loi ont également ajouté que le retard de paiement n’aurait pas de conséquences néfastes pour le casino, lequel n’est pas prêt de connaître la banqueroute.

Mais le Borgata a contre-attaqué : « Les succès et finances de Phil Ivey sont bien documentés. Il figure dans le TOP 3 des plus gros gagnants de tous les temps et rien ne montre qu’il ne peut pas continuer à gagner, ni restituer l’argent qu’il a injustement gagné au Borgata. Il existe des tournois dont les droits d’entrée sont fixés à moins de 10 000 $. Il est même possible de jouer au Mac Poker sur internet en déposant moins de 100 $. Phil Ivey n’est pas en danger tant qu’il peut jouer au poker ». Effectivement, que peut-on répondre face à de tels aveux ?