Partage de liquidités entre joueurs français, espagnols, italiens et portugais

Posté le 06 juillet par Julien dans Actualité

Ca y est le traité est signé ! Le partage des liquidités entre différents pays européens aura bien lieu. Excellente nouvelle pour les joueurs en ligne français qui vont pouvoir bientôt se confronter aux Portugais, Espagnols et Italiens. Après des années à attendre ce genre de changement, l'Arjel et d'autres régulateurs se sont enfin entendus pour développer leurs marchés.

Une mesure indispensable pour élever le marché

L'Arjel et d'autres régulateurs se sont réunis aujourd'hui 6 juillet pour discuter des nouvelles orientations du marché du poker en ligne dans chacun des pays suivants : Espagne, Italie, Portugal (et bien sûr France). Les régulateurs voulaient discuter des différentes types de mesures à mettre en place pour rendre chacun des marchés plus solides.

Naturellement, le partage des liquidités était un sujet majeur, étant donné son importance et son potentiel impact pour les joueurs en ligne. A peine la réunion terminée que nous savons déjà que ce fameux partage a été validé par tous. A priori, les joueurs des quatre pays cités pourront prochainement jouer sur les mêmes plateformes, permettant de créer des offres de tournois bien plus alléchantes. Plus de joueurs impliquent des garanties et des gains plus importants, ce qui rend le marché plus attractif.

Les nombreux joueurs français qui avaient du mal à se retrouver depuis la légalisation du marché en 2010 ont pour certains arrêté le poker en ligne ou ont décidé de frauder en jouant sur des rooms non régulés (notamment via l'utilisation de VPN). Malgré tout, Winamax est solidement installé en première position et bénéfice d'une affluence plus que correcte. Cette affluence permet de régulièrement lancer des tournois avec des gains de plusieurs milliers d'euros pour des buy-in de 5 ou 10 euros. Les perspectives de gains sont déjà présentes mais le prochain partage ne pourra qu'augmenter les possibilités.

Maintenant que la convention sur le partage des liquidités est signée, il ne reste plus qu'à la mettre en place. Nous savons que ce genre de démarche ne se fait pas sur un claquement de doigts et il y a fort à parier que rien ne sera fait avant l'horizon 2018. Mais qu'importe, l'important est que la mesure a enfin été prise. Quant aux conditions précises de ce nouveau marché, difficile encore de juger. Toujours est-il que la première étape est faite ! Nous pourrons bientôt contre des joueurs espagnols, italiens ou portugais. Reste à savoir quand.