Officiel : le Portugal rejoint la France et l’Espagne sur PokerStars !

Posté le 30 mai par Julien dans Actualité

Depuis la signature de la convention de partage des liquidités du poker en ligne par les quatre régulateurs européens compétents datant de juillet 2017, PokerStars tente de rassembler un pool de joueurs 100 % européens. Il se trouve que désormais, la jonction prend encore plus d’ampleur : en effet, les joueurs de PokerStars enregistrés sur le nom de domaine français peuvent affronter leurs homologues espagnols… et portugais ! Plus d’informations plus bas.

PokerStars : les joueurs avec un compte espagnol, français ou portugais peuvent se défier

Après les joueurs espagnols, ce sont les parieurs localisés au Portugal qui rejoignent aujourd’hui le réseau PokerStars mis à la disposition des pokéristes français. La création d’un pool de joueurs 100 % européens suit donc son cours du côté de l’opérateur domicilié sur l’île de Man, lequel avait permis aux joueurs espagnols et français réunis autour de son enseigne de s’affronter sur les tables dès janvier dernier. Selon nos informations, la migration devrait être effective dans les prochaines heures.

Afin de célébrer cette étape importante de la réunification entre joueurs européens, PokerStars a annoncé qu’un festival en ligne unique en son genre et commun aux trois nationalités serait bientôt organisé. Il sera question d’une dotation globale de 5 millions d’euros ; 500 000 euros seront mis en jeu lors du Main Event. En effet, l’un des avantages de la nouvelle convention est qu’elle permet la mise en place de prize-pools plus conséquents. Mais les prix mis en jeu ne pourront pas être optimaux tant que le quatrième et dernier pays l’ayant signé n’aura pas ouvert son propre marché. Effectivement, du côté de l’Italie, cela semble coincer, si bien que les joueurs transalpins ne peuvent pas encore prendre part aux grandes joutes européennes de PokerStars.

Sans la participation de l’Italie, la mise en œuvre du partage ne peut être totale

Le 06 juillet 2017, la France, l’Espagne, le Portugal mais aussi l’Italie avaient signé la fameuse convention relative au partage des liquidités au poker en ligne. Le seul absent de la fête est pour le moment l’Italie, qui ferait actuellement les frais d’une succession de retards administratifs. En novembre 2017, le président de l’ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux en Ligne), Charles Coppolani, s’était même rendu de l’autre côté des Alpes pour y rencontrer son confrère italien.

De son côté, PokerStars commence à s’impatienter. Même si plus tôt dans l’année l’opérateur avait déclaré travailler main dans la main avec chaque régulateur concerné, ses principaux dirigeants ont du mal à cacher leur pessimisme quant à la réalisation d’une liquidité partagée totale d’ici la fin de l’année. Mais comme on le dit si bien de par chez nous, tout vient à point à qui sait attendre !